La Bibliothèque du prof de l'être: J'ai avalé un arc en ciel, Erwan Ji

Publié le par Le prof de l'être

Autant le dire tout de suite, je n'aurais jamais lu ce livre de mon prof chef s'il ne m'avait pas été chaleureusement recommandé par Le Monde de Laure (son blog est en lien en bas de page, je vous le conseille vivement). Vous commencez à me connaître et vous savez que je suis davantage un amoureux des classiques que de la littérature contemporaine et c'est à peine si je commence à m'y mettre. Alors lire un livre pour adolescents...il y avait un monde que j'ai finalement franchi et je ne le regrette pas, car ce livre fait du bien.

J'ai avalé un arc-en-ciel d'Erwann Ji, raconte sous forme de blog, le quotidien d'une jeune franco-américaine pendant sa dernière année de lycée. Elle y raconte ses joies, ses peines, ses amitiés et ses amours. Je n'en raconterai pas plus car il faut que vous le lisiez.

Je connaissais les feel good movie, je découvre maintenant les feel good book. L'histoire n'est pas follement novatrice, il s'agit de raconter le quotidien d'une lycéenne, mais Erwan Ji parvient a rendre chaque moment particulier, chaque jour raconté devient une nouvelle aventure dans cette école qui semble être trop géniale pour être vraie. Les journées à thème se succèdent avec leur lots de péripéties sans jamais être redondantes. L'auteur parvient toujours à se renouveler et on se laisse même emporter par le jeu du dernier semestre. Et lorsque l'on connaît le vainqueur, on se dit mince, il ne nous reste que quelques pages à lire. On s'aperçoit qu'on s'est attaché à tous les personnages, même Eugène le « psychopathe » et l'on n'a pas envie de quitter cette joyeuse troupe avec qui on aurait aimé aller en cours.

L'écriture est « fraîche » (je déteste dire ça). L'héroïne est franco-américaine est s'amuse avec la langue française et américaine, elle joue avec les expressions, utilise de nombreux termes anglais (anglophobes s'abstenir) et se mélange parfois les pinceaux pour notre plus grand plaisir. On retrouve de nombreuses références culturelles contemporaines, jamais superflues, et je vous mets au défi de toutes les trouver, cela rend le récit encore plus agréable. L'écriture est fluide, légère et naturelle, on dirait vraiment une jeune femme qui a écrit un blog et j'ai dû vérifier sur la couverture plusieurs fois sur le livre pour vérifier si c'était bien un homme qui avait écrit J'ai avalé un arc-en-ciel. Ce roman me faisait penser, toute mesure gardée, à des romans comme Les lettres persanes qui partaient du postulat suivant : « on a trouvé un journal/des lettres, on vous les publie comme nous les avons trouvées » et cette version modernisée est réussie.

 

 

Ce livre est un petit moment de bonheur et un fois le livre fermé on se pose la question suivante : à quand la suite ?

 

Ma note en gif

La Bibliothèque du prof de l'être: J'ai avalé un arc en ciel, Erwan Ji

Commenter cet article