[Coup de gueule] Aujourd'hui, j'ai fait lire une petite 6eme.

Publié le par Le prof de l'être

Aujourd'hui, j'ai fait lire une petite 6eme. Toute mimi, elle ne fait jamais un bruit. Pas la plus courageuse, mais pas la moins bosseuse. Mais c'est une petite 6eme et je suis là pour la faire progresser et devenir meilleure. Ça me tient à cœur.

Et j'ai eu le cœur brisé, chaque mot était écorché, chaque syllabe était laborieuse. Mais le pire, c'était la détresse dans son regard me demandant de mettre fin à son supplice. Ce que j'ai fait, qu'elle ne pleure pas, pour qu'elle ne souffre pas du regard des autres.

On a supprimé le redoublement, on laisse passer les élèves, même ceux qui n'ont pas le niveau par principe d'égalité. Vous ne pensez pas qu'un année supplémentaire en primaire ne lui aurait pas permis d'acquérir quelques bases supplémentaires. Mais non, on préfère envoyer des enfants au casse pipe, souffrir pendant 3 ans au collège, les bercer d'illusions en leur faisant croire que la vie est facile, que même avec des difficultés, on avance sans problèmes. Ce n'est pas ça la vie et quand ils vont affronter la réalité, la chute sera difficile. Mais ça Madame le ministre s'en fiche...

Madame le ministre compte que je résolve le souci en AP chaque semaine.

Madame le ministre veut que je personnalise pour 30 élèves de 6eme alors qu'à elle seule, ma petite 6eme mériterait des heures de travail.

Madame le ministre pense que les compétences sauveront ma petite élève alors que dans la vie, vous êtes toujours noté et évalué.

Madame le ministre pense qu'en supprimant les temps des disciplines par les EPI, les inégalités s'amenuiseront et ma petite élève sera plus cultivée.

Madame le ministre pense qu'en supprimant les options aux élèves demandeurs, ma petite élève lira mieux alors que ce seront les autres qui liront moins.

Madame le ministre se moque de mes élèves et ne voit que des chiffres.

Madame le ministre. J'aiderai cette élève du mieux que je pourrai. Je ne ferai sans doute pas de miracle mais je ferai en sorte qu'elle lise le mieux possible. Mais s'il y a une toute petite lueur d'espoir, ce n'est pas grâce à vous.

Publié dans Billet d'humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

herve_02 07/10/2016 16:25

Les études montrent que le redoublement ne résous globalement rien (il y a toujours une exception). Un élève est en difficulté parce que le temps que l'on peut/doit lui consacrer n'est pas suffisant, le faire redoubler ne donnera pas plus de temps à lui consacrer, en plus de le mettre dans la peau du 'redoublant'
.
Aucune étude ne montre que le redoublement est un outil performant pour la réussite. Ce qui est grave ce n'est pas que cette élève soit passée sans avoir le niveau, mais c'est qu'elle ne sache pas lire à 11 ans en ayant commencé l'école obligatoire à 6 (donc en 5 ans minimum) avec peut être 3 ans de maternel avant.
Quel professeur n'est pas capable d'apprendre à lire en 5-8 ans alors que des parents présents peuvent le faire, seuls, en parfois moins de 2 ans ? Là est la question.

Stephanie 21/11/2016 18:06

" Quel professeur n'est pas capable d'apprendre à lire en 5-8 ans alors que des parents présents peuvent le faire, seuls, en parfois moins de 2 ans ? Là est la question."
1 parent /1 elève, 1 professeur / 30 élèves ! Vous avez la réponse !!!

Paul 16/10/2016 14:44

Vraiment ? Comparez alors le taux de réussite des élèves redoublants en 1ere ou en 2eme année de droit avec ceux qui n'ont pas redoublé et vous verrez.

Vous accusez les professeurs d'être mauvais, mais sachez que d'une part, les professeurs n'ont plus une position d'autorité sur leurs élèves, d'autre part que l'arrivée massive d'enfants issus de milieux où l'on ne parle souvent pas bien français y est pour beaucoup dans l'échec de ceux-ci...
Ajoutons à cela la mixité entre les garçons et les filles (alors que de toute évidence, ils ont besoin d'être éduqués différemment, les garçons ayant besoin de plus d'autorité que les filles). Il faut également faire mention du culte de la bêtise à la télévision et dans les collèges, des nouvelles technologies qui ne favorisent pas le travail et de la mémoire et qui incitent à la nonchalance, de l'environnement culturel global des élèves qui est d'une médiocrité (et encore) consternante...

Et vous, tout ce que vous trouvez à accuser, ce sont les professeurs ? Je suis en licence de droit en première année, et lorsque je regarde les ordinateurs des élèves autour de moi, qui en font qu'écrire le cours récité par le professeur, je vois d'innombrables fautes d'orthographe, de grammaire, je vois des contre-sens et des absurdités...

Vous pensez que c'est la faute du professeur pour les 300 élèves mauvais qui sont en faculté ? Alors, pourquoi est-ce que moi, j'ai réussi à apprendre le français sans l'aide de mes parents, avec pour seul cours ceux qui m'ont été dispensés par mes professeurs. Comment ai-je pu avoir 18 en philosophie (note probablement rehaussée à la demande de la ministre) en série littéraire ?

Je vais vous dire pourquoi : parce que j'ai dit NON à la modernité. Parce que je refusais de sortir, de fumer des joints avec les autres élèves, de regarder des émissions de télé lobotimisantes, de rédiger des textos en langage SMS, parce que j'ai toujours obéi à mes professeurs sans faire d'histoire. Cela n'a pas été facile dans cette société où seuls les mauvais sont valorisés aux yeux des autres, mais c'est ce que j'ai fait et c'est pour ça que je suis certain de réussir mes études là où beaucoup d'autres échoueront.


Accuser les professeurs de la chute du niveau scolaire relève de l'ignorance ou de la mauvaise foi.
Ceux qui ne sont pas aliénés par la société moderne et qui travaillent réussissent. Vous aurez beau prendre n'importe quel professeur, si vous avez des élèves qui bavardent pendant les cours, qui regardent le décolleté de la voisine au lieu d'écouter le professeur, qui jouent aux jeux-vidéos toute la soirée au lieu de faire leurs devoirs, et qui, de surcroît sont valorisés par les autres élèves pour leur comportement insolents, vous aurez des élèves médiocres qui échoueront.

M'Oj 07/10/2016 07:55

Pas d'accord, collègue : le redoublement n'est, la plupart du temps, pas une solution-miracle et Madame la Ministre n'a pas conduit une si mauvaise réforme : moi, professeure d'histoire depuis 30 ans, je suis ravie des heures d'EPI et d'AP qui vont être pour moi l'occasion de donner plus de continuité et, partant, plus de sens, non seulement aux apprentissages mais à l'école même, en cessant de bâtir des cloisons voire des murs, disciplinaires et autres, entre les compétences et connaissances relevant de la maîtrise des langues, de la science, des arts, de la vie en société, de la connaissance de soi... Si tout cela à un sens commun et que chacun s'y trouve et s'y retrouve, alors, monsieur le prof de l'être, vous ne serez plus le seul maître de langue à bord et votre petite élève, entourée de ses pairs (et non d'enfants qui sont plus jeunes en âge qu'elle) et des vôtres, trouvera son chemin dans cet exercice si paralysant pour beaucoup de nos élèves qu'est la lecture à haute voix. Bonne année scolaire à vous. Marie'Odile Jonca

Fly 07/10/2016 00:45

Attention à vous, le respect du français vous fait appeler cette dame "Madame le ministre", mais la loi stipule que le français doit être bafoué et que vous devez dire "Madame la ministre", bien que cela soit aussi ridicule que grammaticalement faux. Faire passer les élèves dans al classe supérieure est le meilleur moyen de ne pas dépenser d'argent pour essayer de donner un avenir à nos jeunes. A 15 ans on lui donnera son brevet, puis à 18 son bac (85% de reçus, il faut le faire exprès pour ne pas l'avoir...) et ensuite... Son bac n'aillant plus la moindre valeur, elle devra attendre 25 ans pour toucher le RSA. Où comment au final passer 15 ans de sa vie à l'école pour former des chômeurs de longue durée. Ce ministre n'est pas seul responsable, quasiment tous ses prédécesseurs depuis 40 ans n'ont travaillé que dans cette optique. Courage Monsieur l'enseignant, vous faites un beau métier, même si les politiques font tout pour vous empêcher de le faire correctement.

Phil 06/10/2016 18:30

Bravo au commentaire de ce "Personnel de Direction non mais" qui s'est manifestement trompé d'orientation (pourquoi être aussi blessant à l'égard d'un enseignant qui aime manifestement son métier et qui est parfaitement à sa place ?), il est peut-être encore temps de suivre son propre conseil, changer de métier :

- son langage de charretier, je l'ai connu dans la bouche d'un sous-off' qui était arrivé tout arrogant au sommet de sa petite échelle (ex. "Vous avez signé, vous allez en chialer" - oui je sais, pour des raisons de bienséance, j'ai rajouté un "A" et un "L" qui n'ont rien à faire là) ;

- son niveau d'orthographe et de français fait penser à celui de quelqu'un qui a quitté bien tôt les bancs de l'école :

1 --> "...l'individualisation des FORMATION fait peur..." : "formation" prend un "S" au pluriel, mon adj... - pardon, je voulais dire "Monsieur le Personnel de Direction" ;
2 --> "...la personnalisation des enseignements FONT peur... : le sujet "personnalisation" est au singulier, mon adj., il fallait écrire "FAIT" ;
3 --> "...justement pallier dans l'intérêt de l'élève A ce fonctionnement..." : le verbe "pallier" est transitif, il fallait "PALLIER CE fonctionnement", Monsieur le...

2 fautes d'orthographe dans ce cours texte, qui n'est même pas du niveau d'une dictée de l'examen d'entrée en 6ème des années d'après-guerre... et un solécisme... No comment !

Quant à fée-la-Maman qui a TOUJOURS trouvé réponse aux problèmes dans ses classes de 45 élèves de triples niveaux du CP au CM1 (??? : à l'époque présumée des faits, ces classes s'appelaient respectivement "11ème" et "8ème" et comme cela représente 4 niveaux (rien de changé), cela laisse supposer qu'il y avait plusieurs classes-galères, wouaouhh...), cela fait penser à la réciproque du fait que pour une maman, son fils est toujours le meilleur et fait des prodiges, ou à la truite retombée à l'eau qui avait presque la taille d'un espadon pour son pêcheur malchanceux... Que d'illusions ! Qui croire ?

Et enfin (ça suffira !), j'espère que chaque élève aura sa solution tôt plutôt que tard, et que les "chefs d'établissement" qui ont apporté leur appui à de nombreux collègues sont infiniment plus humains et compréhensifs que ce PerDir...

Camapiro 06/10/2016 09:21

Bien des enfants lisent très mal sans être pour autant dyslexiques. J'aide en ce moment une petite de cinquième qui n'a pas de difficultés en orthographe mais lit mal, de façon hâchée et surtout très approximative , elle change un ou deux mots par phrase, elle a une lecture intuitive... (Méthode globale?). Elle est très futée mais râte ses devoirs simplement parce qu'elle ne répond pas exactement à la question posée.