Itinéraire d'un enseignant gâté (Chapitre 3 fin et Chap 4)

Publié le par Le prof de l'être

Cette façon de faire cours nécessite beaucoup d'énergie. Si c'est facile en début de semaine, je tire un peu la langue vers la fin. Mais hors de question que les élèves le perçoivent, il faut toujours faire bonne figure même si l'on doit pour cela se faire violence. Un élève n'a pas à subir notre humeur mais si lui ne se gêne pas pour nous faire subir la sienne. Pour un enseignant, la sphère privée ne doit pas toucher la professionnelle, à moins que ce soit une nouvelle très joyeuse. Et si l'on est fatigué, il faut trouver une source de motivation qui nous fait tenir, comme le week-end par exemple. Être enseignant en fin de semaine, c'est un peu comme ce passage dans les Chevaliers du Zodiaque où la déesse Athéna motive le chevalier à bout de force pour qu'il reprenne le combat. Dans mon cas, c'est la voix du ministre qui me dit de finir mon cours sur le subjonctif.

Un prof est à la fois le metteur en scène avec le rôle principal dans son film. Il dirige les autres acteurs et se met en scène lui-même. Mais s'il veut que son film soit bon, il ne doit pas omettre de donner un rôle au reste du casting. S'il considère les acteurs comme de simples figurants, qu'il tire toute la couverture sur lui, ce sera un fiasco ou pire, un film de Bernard Henri Levy. Quelquefois, je mériterais l'Oscar du meilleur film. A d'autres moments, c'est à peine si je viens de réaliser un épisode de sitcom.

Chapitre 4 : Le premier travail d’un réalisateur est de créer une ambiance pour que les acteurs puissent s’exprimer et créer. Pour cela vous devez communiquer. La communication à tous les niveaux, c’est ça la réalisation. William Friedkin

Il est temps de parler des personnages sans qui notre film n'aurait aucune raison d'être. Il y en a environ cent vingt nouveaux par an. Ils sont tous très différents, renouvelant l'histoire de mes cours chaque année. Je pourrais faire deux fois la même séance d'affilée, elle ne sera jamais identique d'une heure à l'autre. C'est le sel de notre métier. D'ailleurs, si leur profil est si hétérogène , je devrais peut être en faire une série dérivée après le film. Les aventures des élèves de Monsieur B. C'est une bonne idée non ? Dysney le fait bien avec la saga Star Wars. Pourquoi pas moi ?

Commenter cet article

Truc 25/06/2016 10:22

J'adoooore ton blog serieux continue comme ça et tu reussira à me convaincre que les profs sont bien humains ahahah