Vers une suppression de la récréation ?

Publié le par Le prof de l'être

La ministre de l’Éducation ne s'attendait pas à voir débarquer sur son bureau une proposition aussi surprenant mais qui en cas d'adoption risque de faire jaser dans les cours de récré menacée de désertion !

Madame P. Vrial, présidente du tout récent ( et très minoritaire ) syndicat enseignant de la FPA, propose tout simplement de supprimer les récréations du matin et de l'après-midi. Nous avons eu la chance d'avoir un entretien avec l'instigatrice de cette idée. Nous sommes allés dans son établissement justement à l'heure de la récréation. Nous avons demandé à ses collègues si elle était en salle des professeurs. Ces derniers, rigolards, nous ont dit :

« La Présidente ? Elle ne nous fait jamais l'honneur de descendre en salle des professeurs ! »

C'est donc dans sa salle que nous avons questionné ce professeur de mathématiques, elle fait un constat simple mais implacable :

« Nous avons calculé qu'avec 20 minutes de récréation le matin et autant l'après-midi, un élève perdait 40 minutes par jour de cours, soit 3 heures par semaine et si on le ramène à une année scolaire, 108 heures ! Et à quoi sert cette semaine de cours perdue ? A faire des allers-retours dans la cours, jouer, discuter, utiliser son téléphone portable. Et que font les enseignants pendant ce temps-là ? Ils boivent du café en se moquant de leurs collègues profs de mathé...leurs collègues pardon. Ce n'est franchement pas productif. A la FPA, dont je suis présidente, secrétaire et trésorière, nous proposons donc de supprimer ses moments de pause. Pourquoi ne pas utiliser ses 20 minutes pour faire du soutien, aborder une notion différemment, étudier une œuvre, c'est récréatif aussi non ?

Quand on demande à Madame Vrial si les élèves n'ont pas besoin de prendre l'air, sa réponse est des plus surprenantes :

« L'abandon de la récréation est aussi un enjeu sanitaire important . Nos enfants ne sont-ils pas mieux confinés à l'intérieur, à l'abri de la pollution et autres miasmes ? Saviez-vous que la récréation est un endroit à fort taux accidentogène ? Combien de chutes à cause de courses ou chahut dans la cour pourrions-nous nous épargner avec cette décision ? Combien de bagarres seraient évitées ?

Quand aux questions d'ordre plus techniques comme la pause toilettes, Mme Vrial répond de façon lapidaire :

« On n'a pas envie de pipi à heure fixe. »

Midi sonne. Madame Vrial nous abandonne pour partir à la cantine. Croyante fervente, elle nous lance en toute hâte :

« C'est vendredi, il y a poisson à la cantine »

Publié dans Billet d'humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article